Soutien au référendum contre la privatisation des Aéroports de Paris. Où en sommes-nous ?

Les aéroports de Paris-Orly, Paris-Charles-de-Gaulle et Paris-Le Bourget voient passer plus de 105 millions de voyageur·se·s chaque année et ont rapporté 173 millions d’euros rien qu’en dividendes l’année dernière dans le budget de l’état.

Pourtant, en mars 2019, l’Assemblée nationale a voté la privatisation de ces aéroports. Mais outre l’aberration économique de vendre une poule aux œufs d’or, cette privatisation pose deux autres problèmes : de souveraineté, c’est la première frontière Française et écologique. 

Après le fiasco de la privatisation des autoroutes, dont le prix des péages a depuis augmenté de 20%, il est nécessaire d’empêcher cette nouvelle vente de notre patrimoine commun.

La privatisation de l’aéroport de Toulouse (il y a 2 ans) est également un échec selon un rapport de la Cour des comptes (l’investisseur Chinois a pillé la trésorerie avant de le revendre avec une belle plus-value) l’entretien et les investissements ont été réduits à néant ; pourquoi la privatisation d’ADP serait-elle différente ? 

En distribuant 100 % du bénéfice en dividendes et en piochant dans les réserves financières de l’aéroport avant de remettre en vente sa participation, l’acheteur chinois « Casil » avait montré son peu d’intérêt pour l’avenir du site.

Le 16 avril dernier, la cour administrative d’appel de Paris offrait une voie de sortie en annulant la procédure de privatisation, jugée irrégulière. 

Mais, plutôt que de la saisir, l’Agence des participations de l’État a annoncé début mai qu’elle allait se pourvoir en cassation devant le Conseil d’État qui vient de décider mercredi 9 octobre de casser l’annulation de la procédure de cession des parts de l’aéroport de Toulouse à Casil Europe. Un coup dur pour les opposants à la privatisation. Les actionnaires chinois sont désormais libres de revendre leur capital au groupe Eiffage.

Aujourd’hui nous sommes à plus d’un million de soutiens, et il reste un peu plus de 70 jours pour gagner ce référendum, nous sommes à disposition pour, à l’occasion des réunions de début d’année pour remplir des soutiens à ce référendum. Alors la balle est dans notre camp.

Vous pouvez également le faire, le formulaire internet s’est beaucoup simplifié.

Le lien : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1